Rock is not dead -les zombies aussi –

Résumé éditeur : Dans une Amérique profonde où les zombies «cohabitent» avec les vivants, Billy Rockerson, sosie d’Elvis au rabais, se fait mordre un soir de représentation. Il devient alors un mort vivant ! Déprimé et se posant des questions sur ce qu’a été sa vie, il décide de prendre en main son destin de zombie suite à une rencontre «surnaturelle»… Commence ainsi pour Billy un drôle de road movie peuplé de péquenauds et de zombies sur fond de rock’n’roll.

Mon avis : Je vais la faire courte : j’ai pris mon pied.. Les dessins et les couleurs sont superbes. Le rythme très agréable donne vraiment l’impression d’être dans un film. Cette bande dessinée pourrait être très bien adaptée sur grand écran (en tout cas, ce serait fun). C’est plein d’action, de rebondissements et d’humour. Certaines bulles m’ont faite rire, les situations s’y prêtent. Après FVZA et 30 jours de nuit, ça m’a fait du bien de me plonger dans un univers original et franchement décalé. Dans  la « cohabitation » humain/zombie, les zombies sont soit des bestioles dangereuses à éliminer, soit des « animaux de compagnie » dont les humains sont les maîtres. Vous pouvez faire tatouer votre zombie adoré (vu l’amende, c’est recommandé), le faire participer à des concours… Enfin je préfère encore les animaux domestiques classiques. Imaginez que votre zombie ait un petit creux, qui va passer à la casserole pendant son sommeil ? En attendant à l’opposé de FVZA où avoir de la sympathie pour les morts-vivants était difficile, l’univers de Rockabilly Zombie Superstar les rend presque attachant – si, si -.

Et puis, il y a cette espèce de quête d’identité chez Billy. Vivant ? Mort ? Après avoir passé le plus clair de son temps à essayer de devenir Elvis, qui est-il ? Il est aussi pris entre son désir de garder son humanité et l’immanquable changement de son corps. Il va rencontrer des zombies qui vont devenir finalement des compagnons de route et puis, il va se trouver. À côté de celà, on peut noter certaines références à la culture américaine qu’elles soient musicales (Jimi Hendrix) ou sociales (les cagoules au  bout pointu du KKK). Mais la musique va permettre, un instant, de faire tomber les barrières entre les humains et les zombies. Tout le monde apprécie la musique du groupe de Billy, le Rockabilly Superstar. Personne ne se soucie, jusqu’à un malheureux incident, que le groupe soit composé de zombies. En fait, si l’un des personnages ne cherchait pas à se distinguer tout au long de l’histoire, on se dit que ça aurait pu durer. En même temps, il apprendra que, parfois, vaut mieux rester à sa place plutôt que d’avoir une ambition démesurée…

Si vous voulez voir Joe la Frite se démener sur une piste de danse, si vous voulez voir une tête sans corps jouer de l’harmonica, si vous aimez la banane rockabilly et l’afro, alors jetez un oeil à Rockabilly Zombie Superstar (et les fanarts publiés à la fin des tomes sont très beaux) ! Pour les curieux : Le blog de Nikopek et pour lire un extrait Rockabilly Zombie Superstar T1 (il n’y a que deux tomes).

Et une petite digression finale -et musicale : La chanteuse irlandaise, Imelda May à écouter/découvrir/tester si l’esprit rockabilly vous intéresse ~

Lu dans le cadre du challenge Halloween de Lou et Hilde :

Publicités

3 réflexions au sujet de « Rock is not dead -les zombies aussi – »

  1. Hé hé une pierre deux coups ;3 ! Voir le thème des zombies, façon série B, fait vraiment du bien, ça détend xD !
    En tout cas, n'hésite pas à repasser, ça m'intéresse d'avoir d'autres avis :D !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s