Intrigues au pays du matin calme

À défaut de me pencher sur un roman policier coréen, je me suis plongée dans le manga de Natsuki Sumeragi. Un joli moment de lecture !
Résumé : En Corée, sous le règne de la Dynastie Choson, fut créé un poste de fonctionnaire très spécial. Sa mission était de vérifier les comptes, la justice et l’administration du pays, afin de déceler les fraudes et les injustices, et d’en faire un rapport direct au roi. Cet envoyé, qui voyageait incognito, était appelé l’inspecteur du roi. Dans ce recueil, nous retrouverons les péripéties de l’inspecteur Yun dans une Corée gouvernée par la corruption. Nous découvrirons également comment, et au prix de quel sacrifice, il obtint ce poste.

Intrigues au pays du matin calme est un one-shot composé de 4 histoires (Peines et bonheurs conjugaux, Vent violent dans la région frontalière sino-coréenne, Le tragique secret, Esprits maléfiques) sans lien entre elles. Elles s’attardent sur des affaires précises au travers desquelles des bouts de la vie de l’inspecteur sont révélés. De la corruption au sein de l’administration, de la haine entre deux peuples en passant par les femmes condamnées à la solitude et la lâcheté des fils de notable, la mangaka nous emmène dans une société rigide où tout se paie au prix fort.

Si les histoires sont fictives, elles sont composées d’éléments historiques qui apportent une touche de réalisme. Tout ce qui fait appel à des détails appartenant à la culture coréenne sont expliqués à la fin. On apprend entre autre la signification de veuve non mariée : une jeune femme ayant perdu son fiancé ne pouvait refaire sa vie. Ce que je trouve assez cruel, car d’une, le mariage arrangé se faisait sans les concernés (les fiancés ne se connaissaient pas) et de deux, si une femme décidait quand bien même de se marier, son nom était inscrit sur la liste des filles de mauvaise conduite et ses descendants ne pouvaient devenir fonctionnaire.

J’ai trouvé que certaines histoires avaient beaucoup de pudeur et de délicatesse. Sans doute, cette impression vient-elle aussi du style de Natsuki Sumeragi. Son trait est élégant, raffiné et j’adore la poésie qui se crée avec ses dessins et les situations. On retrouve une foule de sentiments même si une certaine tristesse est sous-jacente. Difficile d’oublier les blessures de l’inspecteur Yun et ne pas penser que le piège peut se refermer sur n’importe quel homme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s