L’histoire de Sayo

Ce billet pourrait faire écho à celui sur les femmes de réconfort : Un destin de femme durant la seconde guerre mondiale.

lhistoiredesSayoRésumé : Dans les années 40, des milliers de Japonais vivent en Chine, des hommes et des femmes qui ont quitté leur terre natale pour chercher une vie meilleure. La Deuxième Guerre mondiale va bouleverser leur vie. Les hommes dans la force de l’âge partent pour la guerre; les vieillards, les femmes et les enfants qui ne peuvent pas regagner le Japon, doivent, eux, affronter la faim et les humiliations. Après la défaite nippone, ils subiront l’oppression des envahisseurs russes et la haine des Chinois qu’ils avaient colonisés. Beaucoup n’y survivront pas. Les rescapés qui ont pu retourner au Japon sont les seuls témoins d’une page tragique et peu connue de l’histoire du XXe siècle.

L’histoire de Sayo n’a pas un objectif documentaire. Comme le dit le texte dans le dossier de fin, il s’agit de raconter une histoire librement inspirée d’une biographie.

La fin de la guerre sonnait comme une période de paix, de tranquillité sauf que ce n’était pas le cas. À ce moment-là, le combat de Sayo commence mais aussi celui de sa soeur, Akiyo. Elles doivent survivre dans un pays où elles sont considérées comme des ennemis. Au marché, les prix augmentent parce qu’elles sont japonaises. Dans un environnement hostile, elles se retrouvent livrer à elles-mêmes avec des enfants en bas-âge. Sans compter que Sayo est enceinte. Pendant ce temps, la délation apparaît. Des chinois « vendent » aux Russes les adresses des ressortissants japonais. Et puis la solidarité s’avère relative. Le personnage de Mme Kobayashi montre que certains ont profité de la détresse de leurs compatriotes pour se faire de l’argent. De l’autre côté, le manque d’argent se fait à sentir. Sans, impossible d’acheter de la nourriture, alors les biens les plus précieux sont vendus.

Au fil des pages, le quotidien des soeurs défile et j’ai trouvé intéressant de voir combien elles étaient différentes. Akiyo, stricte presque injuste, Sayo douce et trop gentille. L’une a perdu ses illusions (son mari est mort au combat) et va jusqu’à s’inscrire au Parti Communiste pour protéger sa famille. L’autre a l’espoir de retrouver son époux parti à la guerre et espère retourner au Japon. La plongée dans leur intimité montre des moments très durs. Je pense notamment à celui où Akiyo fait comprendre à Sayo qu’elle ne doit plus toucher à sa nourriture. Cependant, sans sa soeur, la jeune mère n’aura pas eu la chance de quitter la Chine. D’ailleurs je me suis demandée d’où Sayo tirait la conviction que son mari était en vie. En tout cas, cela m’a semblé être la source de sa force. Et la raison pour laquelle, elle ne veut pas avorter (p.159).

Malgré la note heureuse de fin, on oublie difficilement que beaucoup d’autres n’ont pas eu sa chance. Encore une fois, ce genre de récit rappelle que la guerre et le désir de revanche n’épargnent personne. Je dirais que L’histoire de Sayo est une lecture qui donne envie de fouiller, de trouver des témoignages, d’en savoir plus.

Le graphisme rond et même mignon aide à bien faire passer l’histoire mais j’ai un peu tilté en voyant le médecin ressembler à Black Jack. D’un coup, j’ai eu le sentiment de changer d’univers, même s’il s’agit sûrement d’un clin d’oeil. Mais les expressions sont vraiment parfaites et elles en disent plus long que n’importe quel dialogue, comme lorsque sur le bateau en direction du Japon, les passagers pleurent en apercevant la terre. Ou encore la frénésie et la panique à l’hôpital au moment de l’accouchement.

Le dossier final permet d’en apprendre plus sur le processus. Les croquis de Yoshiko Watanabe sont intéressants et montrent son approche du sujet. Toutefois j’aurai bien aimé savoir pourquoi ils avaient eu envie de faire cette bande dessinée. Je suppose que Yoshiko Watanabe avait eu envie de parler de ce que sa mère avait vécu durant l’après-guerre.
Publicités

Une réflexion au sujet de « L’histoire de Sayo »

  1. J’ai lu cette BD récemment et j’ai été touchée par ces histoires. J’avais beau déjà connaître un peu cette partie de l’histoire japonaise, mettre un visage sur tout ça donne une autre dimension. Le graphisme m’a aussi paru un peu étrange à l’occasion ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s