Voyage aux îles de la Désolation

Vous avez l’âme d’un(e) aventurier/aventurière prêt(e) à parcourir le globe ? Ou les zones lointaines vous intéressent mais vous auriez peur de vous y rendre ?

Avec Voyage aux îles de la Désolation, Emmanuel Lepage nous entraine sur la route des terres australes. Embarqué à bord du Marion Dufresne en tant que  »journaliste », il a l’occasion de réaliser ce qui est un rêve d’enfant. Sur le navire, les autres personnes présentes sont toutes aussi passionnées que lui. Certains ont économisé pendant très longtemps, il s’agit du voyage d’une vie – ou encore comme le cas de la dame qui le fait en mémoire de son mari, la concrétisation d’un rêve qu’ils avaient en commun -. D’autres n’en sont pas à leur premier périple. Et puis il y a ceux qui travaillent comme les marins, les scientifiques…

La vie en mer se dessine avec ses contraintes (la houle trop forte, la nécessité d’occuper les passagers) et ses richesses (les rencontres humaines, la découverte de soi).  J’ai trouvé que cette bande dessinée était très personnelle mais en même temps un sentiment de partage et une certaine proximité se créaient.

Doucement, on rentre aussi dans l’univers des bases scientifiques situées loin de tout. On découvre le quotidien de ces femmes et de ces hommes, leur jargon, leur condition vie, leur dépendance due au ravitaillement, les tensions existantes… Des choses qu’on n’imagine pas, qu’on ne conçoit pas.  En plus de cela, cette bande dessinée s’avère être une mine d’informations aussi bien scientifiques que militaires (je ne savais pas qu’on ne devait pas dire  »Mon Commandant » et l’explication se trouve dedans) ou encore historiques (Tromelin, Kerguelen). En toute honnêteté, au départ, j’ai eu un peu peur de m’ennuyer et au final, j’ai adoré. Les mots, la dimension humaine associée à ce voyage, la solidarité… J’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de sens dans ce récit.

Et pour couronner le tout… Le graphisme est absolument magnifique ! Quelques planches peuvent être visionnées ici mais feuilletez-le en vrai pour voir les sublimes aquarelles (Dire qu’il y avait une expo des travaux d’Emmanuel Lepage à Rosny avec une dédicace, il n’y a pas si longtemps arf). Personnellement, je rangerais Voyage aux îles de la Désolation aussi dans les beaux livres.

Pour les curieux, il existe aussi un blog retraçant le voyage : http://cap-sur-les-terres-australes.over-blog.com :)

Et une petite citation pour finir :

Ce qui est étrange avec le voyage, c’est qu’on ne comprend qu’après – et encore pas toujours – ce qu’on est allé chercher. (p. 7)

Publicités

Une réflexion au sujet de « Voyage aux îles de la Désolation »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s