Le mystérieux tableau ancien

La littérature chinoise contemporaine ne manque pas d’auteurs de romans policiers.  En voici encore la preuve avec He Jiahong.
Cependant je soulignerais ma déception face à l’absence de résumé et la présence de 5 critiques de divers magazines dont Playboy. Nous dirons que ce type de critiques ne joue pas vraiment sur mon envie d’ouvrir un livre.
Résumé : Hong Jun, avocat pékinois, est surtout célèbre pour ses talents de détective, admirablement secondé en cela par sa pétulante et ravissante secrétaire, Song Jia. Aujourd’hui, il est contacté par une femme professeur à l’université de Pékin dont le mari, éminent chercheur dans une société pharmaceutique de pointe, a brusquement perdu la mémoire.

L’introduction et le prologue me paraissaient prometteurs. La représentation d’une belle jeune femme qui pouvait devenir aussi celle d’un cadavre, une malédiction tournant autour me faisaient penser qu’une direction plutôt fantastique allait être prise. Erreur cependant sans résumé, il faut bien imaginer quelque chose. Et puis le premier chapitre m’a fait douter. Du coup, j’ai continué ma lecture  mais à la fin, mon sentiment est resté le même. D’un côté le style de He Jiahong est plutôt lourd mais chaque chapitre est rempli d’informations concernant la culture chinoise et sa société. Ce point fait que l’histoire est parfaitement ancrée dans la Chine de la fin des années 90 et permet au lecteur de bien s’imaginer ce qui se passe. Il y a d’ailleurs beaucoup d’annotations – certaines sont nécessaires – mais la lecture n’est en rien fluide, si à chaque note, on consulte la fin du livre. De l’autre côté, l’intrigue est bien menée, cohérente et ingénieuse.

Côté personnages, Hong Jun m’a paru très intéressant. Contrairement à l’inspecteur de Chen de Qiu Xiaolong, l’avocat ressemble à un électron libre. Il n’a pas besoin de ménager des membres du parti et d’essayer de toujours mesurer ses paroles. Hong Jun parle, teste, provoque afin d’obtenir des résultats. Il me fait penser à une personne prête à tout pour trouver la vérité. Toutefois Song Jia n’est pas laissée au second plan et plusieurs chapitres la mettent en avant, alors qu’elle prend des initiatives pour tenter de faire avancer l’enquête.

En conclusion, Le mystérieux tableau ancien serait davantage pour des lecteurs déjà intéressés/passionnés par la civilisation chinoise. Sinon, malgré l’intrigue, la lecture pourrait devenir rapidement pénible.

Une petite citation ?

Le jeune saule se flétrit,
Le tout nouveau papillon ne tournoie pas à jamais,
La jeune beauté de ce soir,
Demain, ne sera plus que cendres.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s