Direction Auckland

Ça fait un petit moment que je n’étais pas passée par là. Histoire de dépoussiérer les meubles, ouvrir les fenêtres et laisser le soleil rentrer, j’ai envie de parler d’un livre qui se déroule à l’autre bout du monde. En Nouvelle-Zélande.

Lors de l’achat de Utu de Caryl Férey, j’avais envie d’évasion et d’en apprendre davantage sur la culture maorie. La série néo-zélandaise Mataku est, en partie, à l’origine de cet intérêt et ça m’intéresse de voir comment une culture aussi ancienne trouve sa place dans notre époque actuelle. La cohabitation présent / passé m’a toujours intéressée. Mais j’entends par là, la cohabitation intelligente, pas celle qui vise à se cloitrer dans un carcan conservateur. Et à vrai dire, Utu n’a rien de très conservateur.

Dès la première rencontre avec Paul Osborne à Sydney, j’ai senti qu’il me plairait. Paul, c’est le flic anti-héros. Cabossé par la vie, mal dans sa tête et dans sa peau, obnubilé par son amour d’enfance, la belle Hana, et coincé entre deux communautés. Paul, c’est le flic qui se drogue pour oublier. Paul, c’est le flic au côté sauvage que craigne et désire les femmes. Paul, c’est aussi l’ancien subordonné d’un homme aux méthodes controversées, Jack Fitzgerald. Ce dernier se serait suicidé après le sanglant échec d’une mission. Seulement, cette annonce ne convainc guère Paul, qu’un policier néo-zélandais du nom de Gallagher vient chercher pour résoudre le puzzle incomplet.

Lire la suite

Estampes sur eaux troubles

Estampes sur eaux troubles figurait dans la liste des livres proposés pendant l’opération Masse critique des littératures de l’imaginaire. Son résumé me semblait mystérieux et je me suis laissée tenter afin d’en savoir davantage ~

Résumé éditeur : Sensualité, ambition, regret, remords… Le désir couve chez ceux qui ne veulent pas le voir.
Une jeune fille se perd dans les forêts du Penjab et découvre que toute danse n’invite pas au plaisir… Une jeune épouse reçoit d’étranges présents de son aimé parti au front, de vieilles bobines de cinéma ravivent d’anciennes flammes… Et loin derrière les anneaux de Saturne, on mutile les corps pour renouveler l’esprit.
Le désir ici se fait atrabilaire, ses objets sont brumeux comme le rêve, ardents comme des braises. Passé, présent, avenir, en un ocre mêlé d’encre noire. Chevelures, parfum, souvenirs mal enterrés, fantômes resurgis : au fil de ces neuf textes, les images et les sons se répondent…

Lire la suite

Du rébecca dans l’air

Je pensais finir Traitors Gate avant de commencer un autre livre mais, voilà, Du rififi chez les femmes a atterri sur mon bureau me laissant en plein dilemme. Je trouvais que ce n’était vraiment pas raisonnable mais… Bon, j’ai vite fait mon choix  troquant l’Angleterre victorienne tourmentée par la colonisation de l’Afrique pour les malfrats des années 50 et je me suis lancée, curieuse, dans le roman d’Auguste le Breton (mon premier roman noir français quoi !). Plongée dans le milieu des bas-fonds, j’ai découvert un univers haut en couleurs. Le résumé vous en donnera un avant-goût…
 Résumé : « Vicky de Berlin », la belle michetonneuse, tient le Ration K, bar à filles de Bruxelles. Les frères Napos, propriétaires du Vertige, ont décidé de racketter tous les bars de la ville. Affrontement entre tenancières et tapineuses, entre caïds et faussaires. Le « beau Marcel », chargé de l’affaire des faux talbins, devra orchestrer les rivalités entre deux clans, les affaires de filles, de territoires qui ne font pas bon ménage.

Lire la suite