Direction Auckland

Ça fait un petit moment que je n’étais pas passée par là. Histoire de dépoussiérer les meubles, ouvrir les fenêtres et laisser le soleil rentrer, j’ai envie de parler d’un livre qui se déroule à l’autre bout du monde. En Nouvelle-Zélande.

Lors de l’achat de Utu de Caryl Férey, j’avais envie d’évasion et d’en apprendre davantage sur la culture maorie. La série néo-zélandaise Mataku est, en partie, à l’origine de cet intérêt et ça m’intéresse de voir comment une culture aussi ancienne trouve sa place dans notre époque actuelle. La cohabitation présent / passé m’a toujours intéressée. Mais j’entends par là, la cohabitation intelligente, pas celle qui vise à se cloitrer dans un carcan conservateur. Et à vrai dire, Utu n’a rien de très conservateur.

Dès la première rencontre avec Paul Osborne à Sydney, j’ai senti qu’il me plairait. Paul, c’est le flic anti-héros. Cabossé par la vie, mal dans sa tête et dans sa peau, obnubilé par son amour d’enfance, la belle Hana, et coincé entre deux communautés. Paul, c’est le flic qui se drogue pour oublier. Paul, c’est le flic au côté sauvage que craigne et désire les femmes. Paul, c’est aussi l’ancien subordonné d’un homme aux méthodes controversées, Jack Fitzgerald. Ce dernier se serait suicidé après le sanglant échec d’une mission. Seulement, cette annonce ne convainc guère Paul, qu’un policier néo-zélandais du nom de Gallagher vient chercher pour résoudre le puzzle incomplet.

Lire la suite

Publicités